Le coin de Robert

Arpajon, le 9 septembre 2021 : l’écureuil dans notre jardin


Arpajon, le 4 février 2021:

Dans le jardin, un chant fort et aigu composé de sons flûtés, sifflements et trilles; une sittelle torchepot grimpe avec agilité par à-coups sur le tronc du cerisier et le dévale la tête en bas.
Un coup d’oeil dans la mangeoire puis laisse sa place à une mésange bleue.
Un accenteur mouchet se nourrit des graines tombées de la mangeoire et se pose sur le mur en chantant une mélodie grêle mais agréable, composée de gazouillis et de grincements faibles.


Arpajon, 5 novembre 2020 : attiré par un cri de crécelle pénétrant, rauque, perçant, aigu, sonore et grinçant, très varié, un geai des chênes que je vois camouflé dans le cerisier puis s’est posé près d’un noisetier.


30 oct 2020 Confinement oblige, je peux à nouveau observer et écouter la nature…


Un groupe d’oiseaux volant avec un chant aigu, grinçant et rapide puis ils se sont posés sur la cime d’un bouleau; je pense qu’il s’agit d’un serin cini.

Au fond du jardin, un merle noir femelle se repose dans le sureau noir et le lilas commun.


Parc de la mairie d’Arpajon le 1er juillet, bergeronnette des ruisseaux


Bourdons et abeilles mellifères se nourrissant du nectar des fleurs d’un deutzia rosea çarminea .


Une jeune mésange bleue perchée dans le sureau noir (Sambucus migra) ne semble pas infectée par la maladie ! (23 mai 2020: déconfinement suite à la crise du COVID19)

La grive musicienne c’est le plaisir de chanter ! Une tonalité magnifique et variée, faite de doux sons flûtés et d’imitations, depuis un poste dégagé comme ici devant chez moi.

Des mésanges bleues nichent sous le toit, son chant comprend des motifs sifflants répétés de crécelle: “tcherret-tre-tre-tre” ou cri d’excitation perçant: “ziii zi zi” !