14-06-2014 Marolles-Blois

Posted in sorties thématiques on Juin 23, 2014

Sortie de fin d’année à Marolles (Loire-et-Cher)

14 juin 2014

Treize membres de l’association étaient réunis dès 7h30 ce samedi 14 juin 2014 pour la sortie de fin d’année. Au programme de la journée :

  • découverte de la réserve naturelle Grand-Pierre et de Vitain à Marolles (quelques kilomètres au nord de Blois)
  • espoir d’observation de castors à Blois sur la Loire.

marolles1

Découverte de la réserve naturelle de Marolles

Créée par décret ministériel en 1979 pour son intérêt écologique et archéologique, la réserve s’étend sur un territoire de près de 300 hectares. La réserve présente une large variété de biotopes due à la confluence d’une vallée sèche et de la vallée de la Cisse. On y rencontre pelouses calcicoles, bois de chênes pubescents, de buis, forêt fraîche, marais et bord de rivière qui contraste avec les cultures du plateau voisin de la Petite Beauce. Cette diversité entraine une grande richesse floristique et faunistique avec près de 3000 taxons (animaux et végétaux confondus) recensés sur son emprise.

Pour en savoir plus sur la réserve, son histoire, ses plans de terrain et les activités de la maison de la réserve, vous pouvez suivre le lien suivant.

http://www.cdpne.org/reserve.html

marolles2
En cette journée du 14 juin, le soleil tappe dur et et l’orage se fait parfois entendre; quelques rares gouttes viennent même nous atteindre. Notre parcours, agréable, alterne entre prairies dégagées, zones de cultures et forêts ombragées.

Concernant la flore, trois sortes d’orchidées ont été rencontrées:
-platanthère
platanthere
-ophrys abeille
ophrys_abeille
-orchis bouc

orchis_boucorchis_bouc_zoom

On note également la présence de nombreuses orobanches, en particulier dans une station de plusieurs dizaines de mètres carrés où ces plantes parasites, dépourvues de chlorophylle, poussaient densément.

orobancheorobanche_prairie

 

marolles3
Toutes les déterminations de flore n’ont pas immédiatement fait l’unanimité !

 

Concernant la faune, il était trop tôt pour croiser les occupants du village de blaireaux, dont on voit ici une coulée d’accès; il était trop tard pour cette perdrix dont seules les plumes éparses attestent du passage sur Terre;

village_blaireaucarnage

mais nous nous sommes arrivés juste au bon moment pour ce chevreuil.

chevreuil

Les conditions étaient plus favorables à l’observation d’araignées parmi lesquelles on notera :

  • un couple de tétragnathes sur les bords de la Cisse (femelle à gauche, mâle à droite reconnaissable à ses pédipalpes);

tetragnathe1tetragnathe2

  • une araignée crabe (misumena vatia) dans une prairie sèche;

araignee_crabe

  • une épeire de velours sur un chardon penché

epeire_velous

  • une pisaure admirable très maternelle qui veille sur sa progéniture

araignee_loup

  • une autre araignée crabe (synaema globosum) qui mange un syrphe

araignee_syrphe

Signalons enfin un ascalaphe soufré, espèce pas si courante à ces latitudes. Attention, malgré ses faux airs de papillon, il ne s’agit pas d’un lépidoptère mais d’un névroptère.

ascalaphe

 

 

Observation des castors à Blois

En soirée, nous sommes avons rejoint les bords de Loire à Blois pour tenter d’y observer les castors. Ces derniers ne sortent en effet de leur abri qu’en fin de journéé pour se nourrir d’écorces d’arbres de bord d’eau (saules principalement).

traces_castors

Les traces de leur activité visibles sur cette photo permettent de savoir où les chercher. Malgré cela, seuls deux castors ont pu être observés nageant dans la Loire mais aucun n’a pris pied sur la berge pour se nourrir.

Pour distinguer les castors des ragondins, également présents ce soir-là, il convient de regarder leur ligne de flottaison: seule la tête émerge nettement chez les castors alors que tête et corps sont visibles chez le ragondin.

Nous quittons les lieux au crépuscule pour un retour à la Norville vers 23h15.

Comments are closed.


  • You Avatar


Hit Counter by http://yizhantech.com/